Mythologie : le dolmen d'Ithé et le solstice d'hiver


Dans la forêt des Arbailles, le dolmen d'Ithé entre Aussurucq et l'auberge d'Ahuzky est un monument funéraire construit par les premiers éleveurs souletin.
Le dolmen d'Ithé
Ce dolmen simple a été construit au Néolithique moyen, il y a plus de 5700 ans.

Les dépouilles, de plus de 70 individus immatures et adultes ont été déposées dans cette chambre funéraire.
Le dolmen d'Ithé

Le dolmen d'Ithé
À partir de l'Âge du Bronze ancien, ce sont les produits de plusieurs crémations qui ont été déposés. Ces vestiges sont rares en dolmen.
Faite pour durer et pour être vue, cette sépulture collective a été utilisée pendant 1500 ans.
En Pays basque les dolmens sont la demeure des Jentilak (Jentiletxe = la maisons des Gentils).
Le dolmen d'Ithé

Le dolmen d'Ithé
Une légende raconte la disparition des Jentilak. Ils virent un jour une étrange lueur dans le ciel. Ils ne connaissaient pas cette lumière et allèrent chercher le plus ancien et le plus sage d'entre eux. Lorsque les yeux fatigués de celui-ci analysèrent le phénomène, il leur dit : « Kixmi est né, la fin de notre race est arrivée. Jetez moi dans le précipice proche ». Tous les jentilak se mirent à courir vers un dolmens pour se cacher au fond de la terre.
Le dolmen d'Ithé
La présence de légendes identiques sur le fond, dans les Pyrénées centrales, est un des témoignages de l'extension ancienne de la culture basque.
Cette légende de la mythologie basque est également rattaché à Olentzero (Selon Jean-Baptiste Orpustan et Michel Morvan, à partir de on "bon", antz "vers" et aro "période de temps, époque".) 
 la principale raison de voir Olentzero le sale et grossier charbonnier descendre dans les villages basques vient d'une légende qui dit que ce personnage vient annoncer la naissance de Kixmi (le singe), Jésus, qui provoqua la disparition subite des Jentilak. Et il annonce une grande nouvelle : le Soleil est plus fort que la nuit ! Olentzero désigne un moment précis de l’année ; le solstice d’hiver.
Le dolmen d'Ithé

Commentaires

Follow by Email