Le village d'Ispoure - Izpura

Au pied de l'Aradoy en basse Navarre, le village d'Ispoure (Pays de Cize) est limitrophe avec les communes de Ossès, Ascarat, Uhart-Cize, Saint Jean Pied de Port, Saint Jean le Vieux et Jaxu
Ispoure provient sans doute du basque haitz qui signifie "pierre, rocher", et ur qui signifie "eau". Ispoure signifierait "eau au pied du rocher".
Les habitants du village sont les Izpurars.



" D'argent à l'arbre de sinople au pied nourri surmonté d'un pigeon de sable au vol contourné "
La commune a adopté ces armoiries en 1997.

Ces armes sont dérivées de celles des Eliceiry de Lantabat (le pigeon contourné remplaçant un corbeau), qui deviennent seigneurs de la Salle d'Ispoure après le mariage de Pierre II d'Eliceiry et de Marie d'Ainciondo, héritière de la Salle au début du XVIII° siècle. Ils le resteront jusqu'à la Révolution.
La paroisse d'Ispoure abritait à elle seule une vingtaine de maisons nobles, citées au XIV° siècle. Outre Jauregia (ou Casemayor), les plus connues sont celle de Lastaun et surtout celle de Larrea (ou Lalanne).
Les Larrea, après avoir servi les rois de Navarre, compteront parmi les fidèles de Jeanne d'Albret lors des guerres de religion du XVI° siècle. En récompense, en 1570, la reine de Navarre dotera Jean de Larrea de la Commanderie de Saint Michel ; elle avait pour cela destitué les les chanoines de Roncevaux. Puis, en 1570, son frère Marc fut pourvu de la charge de châtelain de Navarre, capitaine des Ports de Cize. Cette fonction, dont l'importance est difficile à apprécier, restera chez les Larrea jusqu'en 1770, car ils surent habilement rentrer en grâce auprès des rois de France, sans doute avec le soutien d'Henri IV.
En 1724, la terre de Larrea fut érigée en baronnie par Louis XV, en faveur de Pierre de Larrea.
La paroisse d'Ispoure avait pour annexe le prieuré de la Madeleine à Saint Jean le Vieux qui dépendait des Prémontrés de Lahonce.
Dans ces armes communales, l'arbre évoque la puissance et l'invulnérabilité dans sa lutte contre les éléments. A sa régénération régulière est associée l'idée de durée et d'immortalité. Le pigeon qui surmonte l'arbre, quoique maladroitement contournée, est un attribut de l'esprit rejoignant les cieux après avoir quitté l'arbre de vie.
Sources : Guy Ascarat

Commentaires

Follow by Email