Le château d'Abbadia à Hendaye

La famille d’Abbadie est installée à Arrast en Soule depuis le XIVe siècle. Au XVIIIe siècle. Antoine d’Abbadie né à Dublin en 1810 de père basque et de mère irlandaise.
Antoine d'Abbadie en 1880
La famille d’Abbadie installée à Toulouse entre 1820-1827 vient régulièrement sur la côte basque. Puis elle s’installe à Paris jusqu’en 1837. Antoine rejoint alors avec son frère Arnauld une expédition d’une douzaine d’années en Abyssinie (Éthiopie) ; le futur château sera imprégné par cette région. Fait courant à l’époque, les deux frères d’Abbadie souhaitaient ouvrir la voie aux missionnaires catholiques, sans succès mais sans doute ce réseau leur a-t-il été utile. Ils quittent l’Afrique orientale fin 1848 et restent en relation avec des seigneurs éthiopiens.
Après un premier court séjour aux confins du Béarn, Antoine d’Abbadie s’installe à Urrugne en 1849 et continue de voyager pour ses recherches en Norvège, Espagne, Algérie, etc. En 1852, il est élu à l’Académie des Sciences de Paris comme membre correspondant dans la section de Géographie et de Navigation. Le train arrive à Bayonne en 1855 et à Hendaye en 1864 et facilite les relations entre la côte basque et Paris. 
En 1859, Antoine d’Abbadie épouse Virginie de Saint-Bonnet (1828-1901), originaire du Dauphiné.
Virginie d'Abbadie devant l'entrée du château
Il sera maire d'Hendaye de 1871 à 1875, il entreprend alors la construction d'un observatoire dès 1858 sur les plans de Clément Parent. 
Héritier de la fortune de son père, négociant, il entreprend dès 1864 la construction, aux côtés de l'observatoire, d'une demeure néogothique dessinée par Viollet-le-duc et son associé Edmond Duthoit (Antoine d'Abbadie souhaite un château observatoire de style néogothique où se mêlent ses passions orientalistes, africaines et chrétiennes. L'influence orientaliste des voyages d'Antoine d'Abbadie en Abyssinie (Éthiopie) et en Égypte se retrouve très largement dans toute la décoration intérieure). Enfin, un nouvel observatoire est construit en 1876, plus en conformité avec le style de l'édifice. 
Antoine d'Abbadie meurt à Paris en 1897 sans descendance et obtient que son corps repose pour toujours en terre basque, sous l'autel de la chapelle de son château. Il avait légué quelques années auparavant son château à l'Académie des sciences qui en est toujours le propriétaire.

A voir également sur le blog : Le Château d'Elhorriaga à Ciboure


Commentaires

Follow by Email