Patrimoine naturel : la forêt d'Iraty


La forêt d'Iraty, véritable poumon vert du Pays basque, s'est accrochée là depuis des milliers d'années.
Des cartes, établies après la signature du traité des limites qui en 1856 fixa à Bayonne l'emplacement de la frontière et imposa à la France de céder une partie de la forêt bas-navarraise à l'Espagne, montrent que la physionomie générale de ce qui reste l'une des plus grandes forêt de hêtres d'Europe est demeurée pratiquement inchangée depuis lors : 17 300 hectares qui se moquent des frontières et que se partagent la Navarre avec 15 000 hectares au sud et la Basse Navarre et la Soule avec 2 300 hectares au nord.
Iraty (Irati), c'est aussi cette rivière, Iratiko Erreka, qui a donné son nom au massif forestier. À quelque 80 kilomètres de l'océan, son cours semblait semblait tout traçé et inviter les eaux de la forêt à ce mêler à celles de l'Atlantique si proche, pourtant Iratiko Erreka a choisi de rallier les eaux tièdes de la Méditerranée via la rivière Aragon, puis l'Èbre, avant de se répandre sur la Costa Dorada.
Au XVIIIe siècle, une intense exploitation forestière pour le compte de la Marine royale, qui appréciait les vertus du sapin pyrénéen pour les mâts de ses bâtiments, a décimé les sapins, pelant de nombreuses crêtes et réduisant cette essence à 11 % des grands arbres, en deuxième position après le hêtre (fago en basque).
De 1836 à 1866, une nouvelle ère d'exploitation permit d'alimenter les forges de Banca et de Mendive, ou la fabrique de canons d'Orbaiceta en Navarre.
Le début du XXe siècle vit la dernière attaque insustrielle de la forêt. C'est en 1927 que la Compagnie d'Irati débutera son entreprise d'exploitation de la forêt, acheminant les billes par un système de câbles vers la scierie de Mendive.
Après plusieurs interruptions la Compagnie d'Irati cessera finalement son activité en 1955.
A voir sur ce blog le reportage "la scierie de Mendive et la forêt d'Iraty"

Commentaires

Follow by Email