La stèle de Gibraltar à Uhart-Mixe

On l’appelle stèle de Gibraltar, rien à voir avec le sud de l’Espagne, tout simplement avec Xibaltarre, la traduction basque de Saint Sauveur, nom de la colline de Saint Sauveur voisine, qui finalement a donné son nom au quartier de Lindux appellation usitée encore vers 1800 (voir par exemple le plan cadastral de 1826).
Le quartier Gibraltar à Uhart-Mixe
La construction est récente. Le socle, avec ses diverses orientations date d’août 1964 et est surmonté d’une stèle discoïdale basque qui vient du cimetière de Sorhapure (village voisin au bord de la Bidouze).
Cette stèle est située pratiquement au point commun des communes d’Uhart Mixe, Larribar et Saint Palais tout en étant sur le territoire d’Uhart Mixe.
La stèle de Gibraltar à Uhart-Mixe
Elle symbolise la jonction des chemins de Compostelle, de 3 des grands itinéraires d’Aimery Picaud 
A savoir la voie de Tours (via Turonensis) qui vient de Sorde l’Abbaye et rejoint Saint-Palais, la voie du Vézelay (via Lemovicensis) qui passe par Sauveterre-de-Béarn et rejoint Saint-Palais, et la voie du Puy (via Podiensis) qui vient par Navarrenx et Aroue.

Les 2 premières voies se sont réunies à Saint-Palais, et ici, c’est la jonction de la 3e (et la plus importante des voies françaises vers Compostelle).

Dans son guide du pèlerin, Aimery Picaud mentionnait que les voies compostellanes confluaient vers Ostabat. C’est l’étude du terrain qui a permit de désigner cet endroit comme lieu probable de la confluence des Voies. 

De nos jours, ce point est un lieu symbolique des chemins . Juste avant la montée vers la chapelle de Soyarza, et d’un accès facile, c’est devenu un point de Rendez-vous incontournable de tous ceux qui pèlerins ou pas s’intéressent aux sites importants du chemin de saint Jacques.

Commentaires

Follow by Email