Les mines de Banca

A côté de l’élevage, activité principale de la vallée, encore de nos jours, l’extraction minière et la transformation des métaux ont occupé une place importante dans la vallée des Aldudes.
Le village de Banca en 1909
Le village de Banca était connu sous le nom de "La Fonderie". Simple hameau et quartier dépendant de la paroisse de Saint Etienne de Baigorry, il ne fut érigé en commune qu'en 1793. La Fonderie prend le nom de Banca en 1874.
Le village de Banca en 1909
L’exploitation de ces mines remonterait à l’époque de la présence romaine pour le plomb, l’argent et le fer ; mais c’est au XVIII° siècle qu’un entrepreneur venu de Suisse, Laurent Beugniére de la Tour, entreprendra une vaste prospection. 
En 1747 s’achève la construction d’une grande fonderie de cuivre. Vers 1756, apogée de l’établissement, 130 tonnes de métal furent produites. L’usine employait environ 400 personnes à un moment donné. Puis un déclin va s’amorcer, jusqu’à la destruction de l’usine lors des guerres de la Convention en 1793.
Les mines de Banca
Trente années plus tard, à partir de 1825, Jean-Baptiste Ricqbour construisit une nouvelle usine à haut-fourneau sur les ruines de la fonderie. Entre 1865 et 1893, la banque stéphanoise Girard, Nicolas et Compagnie entreprit aussi de nouveaux travaux miniers. L’effectif était réduit à une trentaine de personnes. Il semble que les habitants de La fonderie ne tirèrent pas beaucoup de profits de cette activité industrielle. En effet, l’entreprise employait beaucoup de main d’œuvre étrangère. La main d’œuvre locale était surtout concernée par les transports, soit de bois, soit de minerai. Les muletiers étaient sous-payés de 30% par rapport aux tarifs pratiqués ailleurs. De plus, tandis que pour les habitants les coupes de bois de chauffage étaient contingentées, l’établissement industriel provoqua une forte déforestation.
Les mines de Banca

Commentaires

Follow by Email