La Tour d'Urkulu en Basse Navarre

Au col d'Arnostéguy, surplombant l'ancienne voie reliant le pays de Cize (Saint Jean Pied de Port) à la vallée d'Aezkoa, la tour d'Urkulu a été identifiée par les archéologues comme le vestige d'une tour-trophée romaine qui marquait la frontière entre la Gaule et l'Espagne.


En 1976, l'archéologue Jean-Luc Tobie a identifié les ruines au sommet du mont Urkulu comme une tour romaine, un trophée de victoire, érigé au premier siècle ap. J.-C. pour commémorer la récente conquête de l'Aquitaine.


Cette tour marque la limite sud des nouveaux territoires conquis. La campagne archéologique de 1990 a confirmé cette interprétation du monument.
La tour trophée d'Urkulu commémore l'achévement victorieux pour Rome, des guerres contre les Aquitains et contre les Hispaniques du Nord-Ouest.
La tour domine le passage de la frontière au le col d'Arnostéguy, que franchissait la voie romaine Bordeaux - Astorga en passant par Pampelune et Dax.
 La présence romaine en Pays basque connaît deux temps forts. Le premier prend place au début de l'Empire, dans le cadre d'une exploitation intensive, mais de courte durée, des ressources minières, notamment des vallées de Baigorri et des Aldudes, à partir d'implantations militaires, tel le camp de Saint Jean le Vieux.
Le second, à la période tardive (IVe siècle), correspond à la fondation de Bayonne. Il faut alors garantir le passage vers l'Espagne à travers un Saltus Vasconiae de plus en plus insécure.





Commentaires

Follow by Email