Le village de Louhossoa - Luhuso

Dans la province du Labourd Louhossoa (Luhuso) est de création relativement récente et son histoire médiévale se confond avec celle de Macaye. Elle fut fondée sur des terres communes indivis entre les paroisses de Macaye et Mendionde. Louhossoa était à l'origine une halte pour les mulets affectés au transport des marchandises, provenant notamment des forges de Banca.
Ces produits étaient acheminés vers le port de Cambo, par Paskaleku ou par le gué d'Itxassou; ils terminaient leur périple vers Bayonne par transport fluvial depuis le port de Cambo. Autour de ce relais et sans doute dès le XVI° siècle, se développe l'habitat primitif, qui devait comprendre quelques forges pour maréchaux-ferrants et quelques auberges. En 1604, on comptait 26 habitations, environ 130 habitants ; mais cette implantation sur des terres communes n'était pas sans poser quelques problèmes de cohabitation. Le parlement de Bordeaux fut saisi de diverses contestations. En 1625, des lettres patentes royales érigent en paroisse les quartiers de Lurhossoa, Archiloa et Saltaussima; la même année, un acte fixera les limites avec Macaye, mais la paroisse ne devient effective qu'en 1691, après le partage des terres communes. L'assemblée paroissiale pourra désigner un abbé qui siègera au Biltzar, six hommes seront affectés à la milice du Labourd.

Louhossoa viendrait de lurotsua, qui signifie "le lieu ou abonde la terre".
Les habitants du village sont Luhusoar.
La loi du 4 mars 1790, qui détermina un nouveau paysage administratif de la France en créant des départements et des districts, décida de la naissance du département des Basses-Pyrénées en réunissant le Béarn, les terres gasconnes de Bayonne et de Bidache, et les trois provinces basques françaises. Pour ces dernières, trois districts furent créés : Mauléon, Saint-Palais et Ustaritz, qui remplaça le bailliage du Labourd. Le siège d'Ustaritz fut transféré presque immédiatement à Bayonne. Son Directoire incita un grand nombre de municipalités à adopter de nouveaux noms conformes à l'esprit de la Révolution. Ainsi Louhossoa s'appela Montagne-sur-Nive.


En 1834, on découvre plusieurs gisements de feldspath et de kaolin. La Société des Feldspaths basques & Porcelaines du Limousin exploitèrent les mines et l'usine jusqu'en 1979. 



D'or à trois fleurs de lys d'azur accompagnées en chef d'une croisette ancrée de gueules. Ces armes ont été adoptées en 1991.

Commentaires

Follow by Email