Le village de Biriatou - Biriatu

En Labourd, le village de Biriatou s'est détachée d'Urrugne par arrêté royal le 7 novembre 1603, le même jour que Ciboure, bien qu’étant un quartier d’Urrugne très peu peuplé. Au début du XVIIe siècle en effet, il n’y existait que sept maisons, métairies exclues.
Le village de Biriatou

La Bidassoa et le village de Biriatou
À partir de cette date donc, la commune obtient le droit de choisir ses jurats et son maire-abbé. Compte tenu de sa petite taille, Biriatou n’est pas représentée directement au biltzar du Labourd, mais par l’intermédiaire du maire-abbé d’Urrugne. 
Le village de Biriatou
C'est en 1305 qu'apparaît, pour la première fois, Saint Martin de Biriato (Biriatou) dans les archives religieuses.
Le village de Biriatou

Le village de Biriatou

Le village de Biriatou
Selon Jean-Baptiste Orpustan, aucune étymologie basque ne semble venir expliquer l'origine du toponyme. Les habitants du village sont Biriatuar.




  "Coupé mi-parti en chef, au 1 d'or au lion de gueules tenant en sa patte dextre un dard du même péri en barre parti d'azur à la fleur de lys d'or ; au 2 de gueules à la rose des vents d'argent bordé d'or aux pointes d'or et de sable, l'aiguille d'azur brochante en barre la pointe en bas ; au 3 d'azur chargé de quatre ondes en filet d'argent et un saumon courbé du même nageant sur le dos dans le champ"
Ces armes ont été adoptées en 1988.
Biriatou était à l'origine un quartier d'Urrugne, elle devient paroisse en 1603 (en même temps que Ciboure, autre hameau d'Urrugne), confirmée en 1630 ; mais Urrugne maintiendra une tutelle sur le hameau, principalement la levée des gens de guerre et le droit d'usage des nouvelles terres communales
Avant 1630, son histoire se confond avec celle d'Urrugne. Toutefois, en 1305, l'église Saint Martin de Briato était une annexe du prieuré de Zubernoa, fondé vers 1137 et tenu par les prémontrés ; elle fut sans doute l'église primitive du quartier. Saint Martin versait en 1702, 450 livres de dîme au prieuré de Zubernoa ; celui-ci disparut en 1792. Au XVII° siècle, le hameau comptait sept feux (soit une trentaine d'habitants) ; au début du XVIII°, il y avait trente cinq feux. Boniortz, était une maison noble de Biriatou, citée en 1266. En 1654, Boniortz appartient à Martin d'Aprendisteguy.
Les Biriatuars, s'embarqueront bien sur pour la pêche hauturière, mais ils pratiqueront aussi la pêche au saumon dans la Bidasoa, avec bien sur, son cortège d'incidents avec les riverains espagnols.
En avril 1793, les armées espagnoles pénètrent en Pays Basque, elles occupent Urrugne, Hendaye et Biriatou. Les forces républicaines, inférieures en nombre, se retranchent dans les redoutes. Le 28 juin, les Espagnols sont refoulés d'Urrugne, mais ils s'accrochent autour de l'église de Biriatou. L'hiver passé, les Français reprennent l'offensive sur toute la frontière en juin 1794 ; Biriatou fut ainsi dégagée. Son église fut reconstruite en 1852. Durant ces combats, Biriatou, comme ses voisines, fut pillée. Les réfugiés des guerres carlistes augmenteront sensiblement la population au XIX° siècle.

Dans les armes communales, apparaissent les armes de la province du Labourd, qui sont aussi celles d'Urrugne, la paroisse d'origine. La rose des vents, évoque la navigation et l'aiguille indique la position de la commune. Le saumon, rappelle la pêche dans la Bidassoa.

A voir également sur le blog : Urrugne - Urruña - Hendaye - Hendaia










Commentaires

Follow by Email