Patrimoine : La Rhune, un lieu de Sabbat

Au début du XVIe siècle, la Rhune, lieu de prière, va devenir lieu de sabbat (akelarre en basque - la lande du bouc).
En 1609, Henri IV désigne le conseiller Pierre de Lancre, d'ascendance basque (son père, Bernard de Rosteguy, était originaire de Juxue en Basse Navarre), pour réprimer les crimes de sorcellerie dénoncés dans toute la contrée.
La Rhune depuis Zugarramurdi
Pierre de Lancre considère la Rhune, entre autres, comme un des lieux privilégiés de sabbat. Dans son livre Tableau de l'inconstance des mauvais anges et démons (1612), il écrit: "Satan commence à y posséder non seulement les prêtres mais bien encore certaines églises polluées et profanes, car nous avons vérifié qu'il tient le sabbat en la chapelle du Saint-Esprit sur la montagne de la Rhune et en l'église Dourdax (Urdax).
La Rhune depuis la vallée d'Intzola

La tourbière des Trois Fontaines
Personnalité complexe qui fait régner la terreur sur toute la région, Pierre de Lancre est un fanatique de démonologie. Selon lui, sorciers et sorcières s'enduisent le corps "d'un onguent fait de crapauds pilés dans de la graisse d'enfants morts-nés" qui leur donnent, prétend-il, le pouvoir de s'envoler à travers les airs, à cheval sur un balai, pour se rendre au sabbat.

 Les messes noires sont suivies de repas, les convives n'ayant d'autre costume que celui d'Adam et Ève. Puis se succèdent les danses et le sabbat: "La joie de Satan est grande ; l'enfer triomphe ; Sodome est dépassée."
À l'aube, le sommet de la Rhune voit repartir les Sorcières et sorciers chevauchant les balais, telle Domingina Malatena qui saute "du haut de ladite montagne jusque sur un banc de sable situé entre Hendaye et Hondarribia.
Le sommet de la Rhune
Il y a déjà eu d'autres répressions au XVIe siècle, mais celle dirigée par de Lancre est la plus effroyable. Elle cesse grâce au retour précipité de Terre Neuve de 7 000 marins basques evrtis de cette épouvantable situation ainsi qu'à l'intervention de l'évêque Etxauz de Baigorry auprès de Henri IV.
Le dolmen d'Erentzu et la Rhune
La Rhune et Ciboure




Commentaires