Le domaine de Pemartia et le préventorium d'Arbonne

C’est en 1520 que la maison est pour la première fois citée. Sous le nom alors de « Pémartin », ses terres s’étendent sur les communes d’Arbonne et de Bidart.




Au fil des siècles, elle change de mains jusqu’à passer dans celles du célèbre *Bolo Pacha pendant la Première Guerre mondiale.
Bolo Pacha fut une figure bien connue de Biarritz. Époux bigame, il fut arrêté, en septembre 1917, pour intelligence avec l’ennemi et condamné à mort. Il fut fusillé le 17 avril 1918 dans les fossés de Vincennes, près de Paris. (reportage complet sur l'affaire Bolo Pacha en fin d'article) À sa mort, l’État met sous séquestre le domaine de Pemartia. Et le confie en juin 1918 au Secours d’urgence pour reloger les populations de la Somme et de l’Oise, le temps de la reconstruction.


Les Picards, rentrés chez eux, les baraquements de type Adrian qui les accueillaient vont être transformés en préventorium, reconnu d’utilité publique en 1921, sous le nom d’« Établissement héliomarin d’Arbonne ».



 Ce sont des fillettes qui y recouvreront forces et santé. Entre 10 000 et 15 000 enfants y séjournent, dont une quarantaine d’enfants juifs pendant la Seconde Guerre mondiale qui y trouvent refuge.




Paul Bolo, dit Bolo-Pacha depuis que l'ancien khédive d'Egypte qu'il compte parmi ses relations lui a octroyé ce titre, est un aventurier à la fois dentiste, importateur et représentant en vins de champagne, déjà condamné pour escroquerie.
Durant le premier conflit mondial, il convainc l'Allemagne de corrompre la presse française pour y publier des articles pacifistes destinés à atteindre le moral des Français.
Arrêté en septembre 1918, après avoir reçu sur son compte 11 millions de marks en provenance de la Deutsche Bank, Bolo-Pacha est jugé par le 3e conseil de guerre en février 1918 et condamné à mort.

Commentaires

Follow by Email