Le dicton du 21 février

"Izena badu, bada"
(Si cela se nomme, c'est que cela existe)

Laminak de la mythologie basque
Les laminak sont certainement les plus populaires et tout le monde connaît au moins une anecdote ou une légende liée à ces petits êtres fantastiques féminins. Attachés à l’eau et à l’obscurité, ils entretiennent souvent de bons rapports avec les hommes. Dans la plupart des histoires, on leur attribue la construction de ponts et de maisons, mais l’une des particularités des laminak, c’est qu’ils ne peuvent achever les travaux qu’ils commencent. C’est la nuit que ces êtres fantastiques décident de sortir pour mettre à profit leurs talents de bâtisseurs. On leur attribue notamment le pont de Licq-Atherey, en Soule. Quelques récits relatent également des idylles avec des bergers, mais les laminak ne peuvent conclure de mariage avec les humains… Vivant sous terre et dans des grottes, les femmes laminak sont souvent décrites en train de peigner leur longue chevelure, auprès d’une source ou à l’entrée de leur maison, à l’aide d’un peigne d’or. D’une grande beauté, leur aspect n’est jamais totalement humain de part des éléments associés aux animaux : pieds palmés, pattes de poules, sabots de chèvre ou queue de poisson.

Commentaires

Follow by Email