Nombre total de pages vues

Olentzero



Reportage avec la participation de Claude Labat.

Olentzero  c'est le nom donné à la période de Noël comme à ce personnage de charbonnier.
Dans la tradition basque, le charbonnier Olentzero travaille dans les forêts des montagnes basques : de la Basse Navarre jusqu’en Biscaye en passant le Guipúzcoa, le Labourd et l’Alava.
Il y construit des charbonnières pour produire du charbon de bois. Cadeau apprécié en hiver, pour se réchauffer. Outre l’idée de ce présent offert à Noël, Olentzero est lié au rite du solstice d’hiver. Il annonce le retour prochain du printemps et le réveil de la nature. Trop païen pour l’Eglise chrétienne, qui en a fait le messager de l’annonce de la naissance du Christ !

Dans l'imaginaire basque, on représente Olentzaro sous les traits d'un personnage un peu grotesque, sale, grossier, qui fait son apparition la nuit de Noël. Il apparaît avec un bouquet d'ajoncs, une faucille à la main. On le dit glouton, et qu'il entrerait dans la maison la nuit de Noël par la cheminée... Dans certaines fêtes de villages, c'est un mannequin de paille et de chiffons que l'on promène de maison en maison.
De nombreux chants basques de la Nativité illustrent ce rôle d’Olentzero : "Quand il entendit que Jésus était né, il descendit de la montagne pour en avertir les gens." Les esprits, les dieux et surtout la déesse Mayi, la Terre mère de l’ancienne religion et du "temps d’avant", se réfugièrent alors dans des grottes et gouffres (qui portent souvent leurs noms). On dit qu’ils rencontrent encore les "Basques qui le veulent et qui croient". Car en langue basque, selon un vieux dicton : "Tout ce qui a un nom, existe".
C’est d’ailleurs ainsi que se nomme le parc thématique consacré à la mythologie basque et à Olentzero, à Mungia en Biscaye.

1 commentaire:

  1. Les cultures régionales fortes traversent le fil du temps caréssant rêves et réalités aucune puissance digne de ce nom n'entravera leur mémoire..

    RépondreSupprimer