Nombre total de pages vues

Le pont de la Bidouze à Saint-Palais

Peu après sa fondation, Saint-Palais comprend qu’elle doit se doter d’un pont afin de faciliter les échanges entre les rives et ainsi favoriser son développement économique.



En effet, ville nouvelle édifiée au XIIIe siècle, Saint-Palais n’accueille au départ que peu de marchés, car son territoire n’est pas très praticable. Elle est en effet coupée en deux par la Bidouze et il devient vite nécessaire de faciliter le passage de cette rivière, que ce soit pour la population locale et sa vie quotidienne, mais également pour les pèlerins de Compostelle qui transitent vers Ostabat.




Renforcé par des contreforts, ce grand pont à plusieurs arches enjambe donc la Joyeuse. Il garantit la sécurité du voyageur et permet à la commune de Saint-Palais de commencer à se développer, au détriment de l’ancien grand centre commercial Garris.



Régulièrement entretenu, le pont de la Bidouze se voit doté au XXe siècle de rambardes métalliques. De plus, la municipalité fait en sorte de le mettre en valeur en le fleurissant et la présence de drapeaux.



Le pont de La Bidouze est toujours une voie de communication importante. En outre, il a une fonction originale, celle d’accueillir régulièrement des festivités.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire