Nombre total de pages vues

Pays basque de nos jours : Sainte Barbe à Saint Jean de Luz

Sainte-Barbe, patronne des artilleurs et des pompiers, a donné son nom au promontoire rocheux qui ouvre la baie de Saint-Jean-de-Luz, côté nord. Ce site privilégié a servi tour à tour de place forte et de lieu de culte au cours de l'histoire de aint-jean-de-Luz. 
Erigée de son sommet, à l'emplacement d'un ancien fort, une chapelle du même nom fut pendant plusieurs siècles un lieu de pélerinage des marins.



Lors de l'occupation espagnole de 1636 à 1637, un fort fut reconstruit autour de la chapelle.

Frappé par la foudre en 1731, l'édifice religieux fut désaffecté puis démoli l'année suivante pour permettre l'agrandissement du fort et l'établissement d'une batterie de quatre gros canons qui commandait l'entrée de la rade.

Au 19ème siècle, l'ensemble fut remplacé par un fanal qui reste aujourd'hui.

A cette période d'accalmie, jusqu'au début du XXème siècle, Sainte-Barbe fut fréquentée par les nombreux anglais qui se rendaient au golf, parcours de huit trous, aménagé le long de la falaise par l'un des leurs, J.P. Lilburn.

Sainte-Barbe retrouve vite une vocation militaire lors de la guerre de 14-18, avec la construction d'un poste de surveillance de marine. Au cours de la seconde guerre mondiale, elle fut transformée par les allemands en centre antiaérien, avec plusieurs bunkers équipés de pièces d'artillerie, dont certains existent toujours.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire