Nombre total de pages vues

Le dicton et l'histoire du jour : les moulins

"Perdre le grain de dedans le sac 
ou la farine de la poche, la perte est la même"
Proverbe basque 1845




Les Basses Pyrénées comptent 1 530 moulins en 1891, mais il y en eut 3 002 en 1811.
Le long des cours d'eau, ils furent au nombre de quatorze à Saint Etienne de Baigorry au XVIIIe siècle. Saint Pée sur Nivelle en possède huit au début du XXe siècle.


A Urepel, dans la vallée des Aldudes, trois moulins sur la Nive et se partagent le travail de 800 habitants. Un à Bunus, pour moins de 300 âmes, un à Aroue pour 402 habitants.
Mais comme la farine qu'il moud, le meunier est indispensable et le sait. Le fils succède au père et se marie dans une autre famille meunière. On reste autant que possible entre soi, cousinant volontiers, conscient d'appartenir à une caste.


Le meunier est souvent plus évolué que le reste de la population, parfois alphabétisé plus tôt, car il faut pouvoir gérer le paiement des loyers en argent et en nature.


Toujours on l'accueille avec joie, il apporte la farine, il emporte le grain à moudre, mais aussi il véhicule les nouvelles du village et des autres fermes. Il est un lien et également un notable, situé dans la hiérarchie villageoise, après le curé et l'instituteur mais avant le maire !


Les meuniers, hélas, seront, avec le temps, de moins en moins nombreux pour finir par disparaitre complètement face aux minoteries.







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire