Nombre total de pages vues

Chiquito de Cambo, le roi de la pelote

Joseph Apesteguy naît à Cambo-les-Bains le 20 mai 1881 d'un père facteur, Jean, et de Joséphine Irigoyen, ménagère, dans une famille de quatorze enfants. Dès l'âge de quatorze ans, il travaille pour un hôtel, attendant dans une voiture à cheval les clients à la gare de Cambo.

Véritable athlète (1,95 mètre pour 90 kilos), il allie souplesse, force et rapidité.
Le futur Chiquito de Cambo commence la pelote basque par la spécialité à main nue. Il s’entraîne également avec un gant plat appelé bolea.




À dix-sept ans il défie le champion du monde en titre, un Bidartar du nom d'Arrué, dans une partie restée célèbre, durant laquelle le jeune homme domine et bat nettement son aîné (60 à 33). Son surnom date de cette période.
Par la suite, il se produit en Espagne et en Amérique du Sud et rencontre les célébrités de l'époque, telles qu'Edouard VII et Alphonse XIII.




Les 17 (devant un millier de personnes) et 21 juin 1900, il participe à Paris aux épreuves organisées par MM. Beguin et Petit sur un terrain privé de Neuilly-sur-Seine (de la Société du Jeu de Pelote), au 26 rue Borghèse, dans le cadre de l'exposition universelle de 1900 (et des jeux olympiques), comme professionnel avec son frère, Pierre Apesteguy.





Ils terminent en tant qu'équipe de Cambo-les-Bains médaillés de bronze de l'épreuve (vainqueurs les espagnols madrilènes Alejandro Barrenechea (Ángel Barrenechea) et Juan Ituarte, déclarés par la même champions du monde professionnels pour 1900 (1er prix amateurs: Francisco Villota de Madrid et José de Amézola y Aspizúa de Bilbao).



Il est ensuite champion du monde avec son chistera sans discontinuer de 1900 à 1914 et de 1919 à 1923.
Le dimanche 8 novembre 1903, il joue pour la première fois sur le tout nouveau fronton Saint-James de Neuilly, inauguré 15 jours auparavant. On refuse du monde.
Durant la guerre 1914-18, il se fait remarquer comme lanceur de grenade dans les tranchées (où la légende veut qu'il utilise sa chistera pour lancer ses grenades, rendant ainsi sa distance de lancé bien plus importante qu'à main nue), où il est blessé, cité plusieurs fois à l'ordre de l'armée et décoré de la croix de guerre avec étoile de bronze.




Il joue à Biarritz, à Aguiléra, sa 2000e partie le 29 août 1939.



En 1946, au fronton de Paris, Chiquito de Cambo fit ses adieux en affrontant le jeune Urruty.
Pourtant, après des décennies de gloire, Chiquito de Cambo décède en 1950 à Saint Jean de Luz, dans la plus grande pauvreté.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire