Nombre total de pages vues

Le mariage de Louis XIV à St Jean de Luz

Malgré l'amour du jeune roi pour sa propre nièce, Marie Mancini, le cardinal Mazarin impose à Louis XIV d'épouser l'infante d'Espagne Marie-Thérèse.

Marie Mancini (Rome, - Pise, )

Couronnement de sa politique, qui triomphe en 1659 au *traité des Pyrénées, la paix avec l'Espagne avantageuse pour la France qui reçoit l'Artois et le Roussillon est scellée par le mariage célébré le 9 juin 1660 à Saint-Jean-de-Luz.

Cardinal Jules Mazarin (1602-1661)
Longuement négociées à partir de 1658, les clauses comprennent la renonciation par Marie-Thérèse à ses droits éventuels sur la succession espagnole, avec, en outre, le paiement, par l'Espagne, d'une dot d'un demi-million d'écus d'or, somme énorme que l'Espagne ne pourra pas payer. Ainsi, dès son mariage, un axe fondamental de la politique extérieure de Louis XIV l'affrontement avec l'Espagne est-il tracé par Mazarin.
Le 7 juin, Louis XIV, sa mère Anne d'Autriche, Monsieur, frère du Roi, suivis des princesses et de la noblesse s'en furent quérir l'Infante à Fontarrabie, où une réception triomphale avait été préparée. 
L'Infante fut reçue à Joanoenea (nommée depuis "Maison de l'Infante").




 « Le 9 juin, jour du mariage, une galerie élevée à 0,80 m du sol reliait l'église au logis de l'Infante. Un régiment de Suisses et un autre de gardes françaises forment la haie de chaque côté de cette passerelle. A midi, le cortège sort de Joanoenea et s'avance avec solennité. En tête, le Bayle et les jurats puis cent Suisses s'avancent, tambour battant, leur enseigne déployée. Derrière eux, un grand nombre de trompettes jetant dans l'air mille fanfares joyeuses. Suivent les valets de pied de la Maison du Roi, précédant leurs Majestés, environnées de leurs gentilshommes et de dames étincelantes de parures. »


  
 « Louis XIV, dans toute la splendeur de la jeunesse et du pouvoir, s'avance, radieux, précédé du Cardinal Mazarin. Il est vêtu d’un costume recouvert de dentelles noires, et d’un manteau de brocart et d’or. Puis, c'est l'Infante Marie-Thérèse, habillée d'une robe de toile d'argent ; sur ses épaules, un manteau violet avec une queue fort longue, semé de fleurs de lys ; sur sa tête, une lourde couronne d'or ... »

Au moment du mariage de Louis XIV, en 1660, l'église est en plein chantier. De la vieille église, seuls seront conservés le mur Sud, - celui que longe l'actuelle rue Gambetta, et la tour-clocher, qui gagnera un étage supplémentaire en 1685.


La cérémonie du mariage bénie par Monseigneur d'Olce dura trois heures. L'Infante et le Roi retournèrent ensuite à Lohobiague Enea (actuelle maison Louis XIV). 
La tradition dit que, du haut du balcon de cette maison, furent jetées des pièces d'argent frappées tout exprès pour la circonstance.


Le 15 juin, après de nombreuses fêtes, la Cour repartit pour Paris en cortège triomphal et la ville reprit son calme, après avoir connu le tumulte des grandes cités.

*Traité signé dans l'île des Faisans, sur la Bidassoa, par Mazarin et Luis Méndez de Haro.

 Il mettait fin à 24 ans de guerre entre la France et l'Espagne, à l'issue de négociations amorcées en 1656 et reprises après la victoire de Turenne aux Dunes en 1658. L'Espagne cédait à la France le Roussillon, la haute Cerdagne, presque tout l'Artois et diverses places de la frontière des Pays-Bas. La France restituait la Lorraine à son duc, Charles IV, mais gardait Bar et quelques points stratégiques. Condé était gracié et réintégré dans ses biens et titres.

Louis XIV devait épouser l'infante Marie-Thérèse, qui renonçait à la couronne d'Espagne moyennant une dot de 500 000 écus d'or.




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire