Nombre total de pages vues

La Côte basque : de Deba à Zumaia

En Gipuzkoa, Deba fut fondée dans le lieu qu'occupe actuellement le quartier d'Itziar en 1294 et fut baptisé du nom de Mont-Real.

En 1343 elle a été déplacée sur sa situation actuelle, dans l'embouchure du rio Deba, changeant par la même occasion de nom, Mont-Real de Deva', finalement le nom de la ville finira par se confondre à celui du fleuve, perdant son appellation de Mont-Real.





La plupart des premiers habitants de Zumaia se consacraient à la culture des champs, bien que leur regroupement en un même lieu accélérât l’apparition de quelques activités professionnelles et industrielles. À la fin du XIVe siècle, des bâtiments étaient construits au bord de l’estuaire. Un pourcentage élevé de la population se consacrait à la pêche et à la navigation. La ria était alors très riche et l’on pouvait y pêcher plusieurs espèces, notamment des saumons, des truites, des fruits de mer et des anguilles. Beaucoup conciliaient la pêche côtière avec l’agriculture, mais pour alors la fabrication de ciment s’était imposée comme activité et les professionnels utilisaient les matières des terrains tertiaires situés aux alentours. Des marchandises partaient du port à destination des Pays Bas et la région importait des produits manufacturés. Un historien cite même le bateau de passagers qui reliait la ville à la chapelle de Santiago hébergement habituel des pèlerins qui se rendaient à Compostelle parmi les sources de revenu les plus importantes de Zumaia au XVIe siècle.



Les deux siècles suivants, le XVIIe et le XVIIIe, ne furent pas des époques de splendeur ; bien au contraire. L’agriculture représentait toujours la principale base économique.

Les premiers signes d’amélioration de la situation furent relevés au XVIIe siècle bien entamé, entre autres raisons parce que l’assèchement des marais permit de cultiver les anciennes jonchaies et, par conséquent, d’augmenter la production agricole, en particulier celle de maïs. Cependant, ce n’est pas le seul facteur qui contribua à cette reprise, puisqu’au XIXe siècle les usines de ciment devinrent le moteur de l’économie de la ville, et celles-ci renforcèrent à leur tour l’activité commerciale du port. Le transport terrestre se développa à cette époque-là avec la construction de la route reliant Zumaia à Getaria (déjà reliée à Donostia – Saint-Sébastien) entre les années 1882 et 1885, l’arrivée du train assurant la liaison entre Deba et Zarautz en 1900, et l’inauguration du chemin de fer de l’Urola, aujourd’hui disparu, en 1926. L’amélioration des communications porta néanmoins préjudice au port de Bedua, qui vit son activité commerciale s’effondrer en raison du fait que le pont de l’Urola empêchait le passage des bateaux en amont.



L’industrie du ciment commença à décliner au début du XXe siècle, en même temps que l’industrie navale reprenait avec force et peu de temps après l’industrie du moteur. Une donnée importante à ce sujet est que le premier moteur diesel de toute l’Espagne a été monté à Zumaia, concrètement chez Yeregui Hermanos. Cet essor industriel entraîna logiquement une augmentation considérable de la population.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire