Nombre total de pages vues

Les mascarades en Soule


cliquer sur l'image pour l'agrandir
  Le Pays Basque conserve au coeur de l'hiver et quelquefois du printemps des traditions masquées où la danse occupe une place centrale. Le comte de Guiche déclarait en 1671 que, durant Carnaval, il était impossible de faire autre chose que de danser en Pays Basque. Essentiellement rural, le monde basque détient des coutumes certainement anciennes qui, à notre avis, se différencient de celles des villes.
cliquer sur l'image pour l'agrandir
De décembre à mars, les traditions mettent en évidence un temps consacré à repousser la vieille année et les âmes errantes, à réveiller l'ours, à favoriser la fertilité de la terre et des animaux pour obtenir un grand troupeau, à organiser les mariages qui permettront le renouvellement des générations La plupart de ces rituels se trouvent mis en scène dans diverses fêtes, organisées sous le contrôle des anciens par la jeunesse masculine, souvent en grand nombre pour remplir tous les rôles.
La mascarade souletine est sans doute la plus importante et la mieux conservée de ces traditions ; elle se compose de deux groupes :
  • les rouges richement habillés dont le plus célèbre est le zamalzain (mi- homme mi-cheval) exécutent des danses nécessitant d'être très bons danseurs ;
  • cliquer sur l'image pour l'agrandir
  • les noirs plus paillards, sauvages, dansant d'une manière plus violente parfois même obscène.

  • Source : 
  • http://www.eke.eus


            

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire