Nombre total de pages vues

La Réserve de Ciboure

Il est loin le temps où Dominique Goyetche, déjà concessionnaire des bains de Sainte-Barbe, y créait les « Bains Dominique » en 1856. L'établissement de bains est consolidé en 1865. Puis Messieurs Letamendia, Lannes et Etcheverry, concessionnaires pour 30 ans, édifient un bâtiment en dur sur une terrasse comprenant des cabines, mais aussi des cabines de bains chauds. Deux digues construites en limite des pointes rocheuses transforment la plage en « piscine des Cibouriens ». 

Pour cause de Grande Guerre, à l'échéance de la concession, le projet de l'architecte luzien Maurice Darroquy, prévoyant un casino et un restaurant à la place de l'établissement de bains, ne voit pas le jour. En 1920, M.Plisson, armateur à Socoa, prend possession des lieux et crée un nouveau genre d'exploitation associant un restaurant à l'établissement de bains, avant de très vite renoncer. M.Tastet obtient alors la concession pour 30 ans et la rétrocède à la Société Anonyme de La Réserve de Ciboure, administrée par M.Frémont et dirigée par M.Cerruti. 

La Réserve va connaître alors ses plus belles années. L'établissement de bains sur deux niveaux, mais aussi son restaurant, et surtout son cabaret, le plus chic de la Côte basque, le roi et la reine d'Espagne, le prince de Galles, Carol de Roumanie, le maharaja de Kazpurtala, le grand duc Boris et la grande duchesse, la duchesse de Westminster, Maurice Ravel,Van Dongen, Claude Farrère, le peintre Jean-Gabriel Domergue, viennet y trainer leurs guêtres en peau de pécari, leurs bottines vernies et leurs gants beurre frais. 

La crise économique entraîne le déclin de la Réserve dont le bail est résilié en 1938. La société Ur Umea obtient un bail de 30ans en 1939, mais la Seconde Guerre Mondiale sonnera le glas et la fin de la fête. En juin 1940 les Allemands occupent Ciboure et la Réserve, et installent une batterie à proximité. 

A la fin de la guerre, la Réserve est pillée et incendiée, c'en est fini des années fastes.
L'usure du temps fera le reste

Cet article est extrait du site www.sudouest.com





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire