Nombre total de pages vues

Biarritz d'hier à aujourd'hui : le Port Vieux

Biarritz d'hier à aujourd'hui
Le village perdu dans la lande était à l'origine constitué de deux centres de peuplement : l'un sur les hauteurs au quartier de l'église Saint-Martin, et l'autre au port vieux.

Le dicton du 17 décembre

"Neguak edertzen du uda"
(L'hiver rend l'été plus beau)

Les foires du village de Hélette

La prospérité économique d’Hélette se manifeste au travers de nombreux documents dès le XVIIIe siècle. Dès 1748, le village demande aux États de Navarre l’autorisation d’organiser des marchés et des foires périodiques. Il obtient en 1750, de la cour de Versailles la création de marchés bi-mensuels et de foires les 16 août et 25 novembre. La foire de la Sainte-Catherine (25 novembre) rassemble des chevaux et des mulets, celle d’août des moutons uniquement. En 1869, l’autorisation de prolonger d'une journée la foire de novembre sera accordée. La foire aux ovins sera remplacée, à partir du 19 mars 1862, par la foire de printemps, consacrée aux chevaux, aux bœufs et aux moutons.
La création d’une boucherie date de 1751. La prospérité des marchés est telle qu’en 1804, on compte quatre-vingt-sept étals.

Le dicton du 16 décembre

"Bat eman eta bi hartu, gure etxean ez berriz sartu"
(Qui donne un et reprend deux, ne revient chez nous)

Les habitations de St Jean Pied de Port

Au milieu  du XVIII siècle, la ville comprenait une centaine de maisons et une douzaine étaient  centrées  autour de l'église paroissiale dédiée à Sainte-Eulalie.



Les cartes de la fin du XVIII siècle et le cadastre  napoléonien montrent un front continu d'habitations jusqu'au niveau de l'embranchement avec l'actuelle rue de la Poste.





Au delà, champs, prés, vignes et jardins coloraient le paysage en direction de la confluence de la Niveau et du Laurhibar.



Le dicton du 15 décembre

"Uda ta negu, eguzu ogi ta su"
(Été et hiver, donnez nous pain et feu)

Proverbes et dictons basques

Le dicton du 14 décembre

"Eguraldi txarra, bere tenorin ona"
(À son heure, le mauvais temps est indulgent)

Biarritz en 1907