Nombre total de pages vues

Les armoiries d'Arancou

Écartelé au 1 de sinople à un pèlerin d'argent marchant de profil tenant de la main senestre un bâton de sable, cantonné en chef de deux coquilles d'argent ;

au 2 d'azur à l'église de profil d'or, surmontée à dextre d'un clocheton croisé du même, couverte au naturel et ajourée de sable ;

au 3 d'azur à trois fasces ondées d'argent et une tête de léopard d'or brochant ;

au 4 de sinople à trois gravures d'ossements d'animaux préhistoriques d'or, sans forme et rangés en pal.

  • le pèlerin de Saint-Jacques de Compostelle avec son bâton et les deux coquilles ;
  • l’église paroissiale de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie ;
  • la tête de lion, référence à la Fontaine du Lion ou Fontaine de Garay ;
  • les peintures rupestres et outils retrouvés dans la grotte Bourrouilla.

Armes adoptées en 2002.
Arancou, situé dans le Pays de Gramont au nord du Pays de Mixe, était une entité autonome qui relevait de la suzeraineté des ducs de Bidache.
Arancou doit son origine à sa situation sur le chemin jacobite qui reliait Sorde l'Abbaye en Béarn à Garris en Basse Navarre. 
On y dénombrait deux hôpitaux-prieurés.
Une source d'eau vive alimentait l'hôpital ; les habitants d'Arancou ont toujours 
des droits sur cette source. 



Le dicton du 24 octobre

"Aukera maukera, azkenik trankera"
(L'abondance de choix aboutit au plus mauvais)

Le dicton du 23 octobre

"Leku urrunetik berria, lehen jina da egia"
(Information venue de loin devient aussitôt vérité)

Pays basque 1900

La carte postale de la semaine : le château d’Armendarits

En Basse Navarre, le château d’Armendarits, daté du XIVe siècle, semble être le témoignage le plus reculé de cette petite commune. Charles V, surnommé Don Carlos, prétendant au trône d’Espagne, loge dans la demeure durant quelque temps.


Le dicton du 22 octobre

"Lurra ez da mozkortzen" 
(La terre n'est jamais soule)

Pays basque 1900

Le dicton du 20 octobre

"Urriko eguna, seietan argia, seietan iluna"
(La journée d'octobre, à 6 heures le jour, à 6 heures la nuit)



À l'époque du proverbe pas de changement d'heure 
en hiver et en été.