Le dicton du 24 mars

"Martxoak ausko edo euri asko" (Mars est venteux ou très pluvieux)

Visite Pays basque : la villa San-Martino

A Biarritz près du phare la villa San Martino ex Castel Adour et Montalivet, ce chef-d'oeuvre de savante asymétrie avec son assortiment de toits et de décrochements est une des pièces majeures du patrimoine biarrot.



En décembre 1897, le Comte de Montalivet obtint le terrain au cours d'une seule enchère. Castel-Adour fut construite au début du siècle.



Il la revendit en 1922 à Léon-Joseph Capdeville qui ne fit que passer et qui la céda à son tour à Frederick-Henry Prince, banquier, président des abattoirs de Chicago et patron de 46 compagnies de chemin de fer.



Il y est mort en février 1953 à l'âge de 94 ans. Excellent cavalier, il faisait encore une promenade à cheval la veille de son décès. Une partie de sa fortune alla à un fonds de bienfaisance. Le mobilier de la villa fut dispersé aux enchères pour un montant global dépassant les dix millions de francs.



Jour de marché

Hormis l'église, le marché était le lieu de rencontre principal. Il a été un lieu d'échange de nouvelles mais aussi d'affaires.


Le marché de Mauléon-Licharre

Le marché de St Jean Pied de Port

Le marché de St Jean Pied de Port

Le marché de St Jean de Luz

Le marché de Bayonne

Le marché de Bayonne

Le marché de Bayonne

Le dicton du 23 mars

"Jin, jan, joan" (Venu, mangé, parti)

Il s'agit de la devise de l'homme pressé.

Dictons et proverbes du Pays basque

Le livre de la semaine

                Pays Basque 1900 a sélectionné comme livre cette semaine :
Ipar Euskal Herria iruditan - le Pays basque nord en images de Iñaki Lekuona et Juantxo Egaña aux éditions Mediabask.



Le photographe et documentaliste Juantxo Egaña propose, en collaboration avec Iñaki Lekuona, un document en deux tomes retraçant le Pays Basque nord au XXème siècle au travers de photographies.
Le premier tome traite des années 1901 à 1940 et le second de 1940 à 2000. Y sont retracés les  principaux événements qu’a connus Iparralde au cours de ce siècle, tels que les deux guerres mondiales et les mouvements sociaux, politiques et culturels, de même que les changements qui en résultent pour la société basque.







Les clichés réunis sont issus de nombreux fonds publics et privés, provenant du Pays Basque, de France, des Etats-Unis, d’Australie… Ces photographies sont accompagnées de commentaires en basque, français et espagnol permettant d’amener un éclairage sur le contexte de la prise de vue.



Ipar Euskal Herria iruditan - le Pays basque nord en images de Iñaki Lekuona et Juantxo Egaña aux éditions Mediabask.


achat possible en ligne sur le site des éditions Elkar "ICI"

Le dicton du 22 mars

"Sorginak badirenik ez da sinistu bear, ez direla ez da esan bear"
(Il ne faut pas croire aux sorcières, mais il ne faut pas dire qu'elles n'existent pas)

Le proverbe évoque les craintes superstitieuses des pêcheurs guipuscoans qui ne mentionnaient jamais les sorcières et cessaient de travailler si leurs femmes en parlaient devant eux.

Dictons et proverbes du Pays basque

Le blason de la ville d’Anglet

Ma e Pignada per m’aida", « La mer et la forêt de pins pour m’aider » la devise d’Anglet reflète parfaitement la personnalité de la ville, point de rencontre entre la forêt et l’océan.




La ville est signalée pour la première fois comme paroisse en 1050. Il est fait ensuite mention d'Angles en 1188. A cette époque, la ville s'apparentait à un vaste territoire parsemé de lacs, mares, barthes et de pignadas. L'activité de la commune, peuplée de métayers, de vignerons, de bouviers, de laboureurs, de meuniers et de forestiers était alors essentiellement agricole.

Par ailleurs, la récolte de résine provenant des pins occupait une place importante dans l'économie locale.

La signification du blason de la ville d’Anglet, né en 1938 est : d’argent à trois pins de sinople issant d'ondes d'argent et d'azur mouvantes de la pointe, au chef de gueules chargé d'un léopard d'or tenant dans sa patte dextre un dard du même.